Place
Revue d'art / Art magazine

 

 

 

 

Notices biographiques / Biographical notes

 

artistes et auteurs qui ont collaboré avec la revue place  /

artists and authors who collaborated with the place magazine :

 

 

Alexander Apóstol was born in Venezuela  and lives and works between Madrid and Caracas. He is a multimedia conceptual artist who engages with a politically charged history of Latin America through the lenses of urban planning, culture, and architecture. His body of work is comprised of photographs, films, installations, and texts. His works have been widely shown in international exhibitions or institutions such Tate Modern, London; Museo Reina Sofia, Madrid; Guggenheim Museum, New York; Witte de With Center for Contemporary Art, Rotterdam; etc. He participated in many biennials such as São Paulo Biennial (2002); Istanbul Biennial (2003); Manifesta (2009); Venice Biennale (2011), Gwangju Biennial (2018).

 

 

ARG - The Animation Research Group (ARG) is a collective focusing on methodologies and protocols around “expanded animation”: a reinvention of the concept of animation as a performative mode of perception and creation of images and narratives, transversal to any medium, genre and support, beyond the generic definition of “animation film”. Initiated at the École de Recherche Graphique (ERG) in Brussels in 2014, during a workshop held by the philosopher Catherine Perret and the artist Alexander Schellow, the ARG brings together members with heterogeneous practices and origins.

The ARG’s members are Alexander Schellow, Myriam Raccah, Olivia Molnar, Nicolas Wouters, Jules Urban, Milena Desse and Anton Henne.

 

 

Jan Baetens, né à Saint-Nicolas (Belgique), professeur d'études culturelles à la KU Leuven, amateur de romans-photos et auteur d'une quinzaine de recueils de poésie, dont récemment La Lecture (sur un tableau de Fantin-Latour), éd. Les Impressions Nouvelles, 2017.

 

 

Marie de Brugerolle is curator and author. She collaborated with the MNAM, Centre Pompidou, MoMA of New York, CNAC-Magasin in Grenoble. She organized the surveys of Allen Ruppersberg (1996), Guy de Cointet (2004), John Baldessari (2005), Larry Bell (2010).

Inventor of Post Performance Future, she organized SALON DISCRET, at MNAM, Centre Pompidou, Paris (2017); CBARET What Not/Speak Easy, at LAXART (2019).

Leading authority on Guy de Cointet (1934-1983), she wrote Who’s That Guy? (2010).

Current exhibitions: REVERSE UNIVERSE: Luigi Serafini & Than Hussein Clark, at CRAC Sète, France. To come : Post Performance Video,  Prospective 1 : Los Angeles, at Carré d’art Musée, Nîmes

 

 

Vincent Broqua est écrivain, traducteur, critique. Il est est aussi professeur de littérature et d’arts nord-américains à l’Université de Paris 8, où il enseigne notamment dans le Master de Création littéraire. Il est également cofondateur du collectif Double Change et co-rédacteur en chef de la revue Quaderna et de la RFEA. Parmi ses publications: Récupérer (Petits Matins), Même = Same (Contrat Maint), Given (roman pour s.) (Contrat Maint). Parmi ses traductions ou co-traductions: David Antin (Ce qu’être d’avant-garde veut dire, presses du réel), Caroline Bergvall (L’anglais mêlé, presses du réel), Jim Dine (Nantes, joca seria), Kevin Killian (Les Eléments, joca seria), Tracie Morris (Hard-Koré, poèmes, joca seria), Anne Waldman (Archives, pour un monde menacé, joca seria). Son essai A partir de rien: esthétique, poétique et politique de l’infime a paru en 2013.

 

 

Rita Cachão works at the intersection of research and art. She is the founder and director of Seiza, a global platform to develop and promote transdisciplinary research projects with an art focus. She is also a researcher at CIEBA (Fine-Arts Research Centre), at the Faculty of Fine-Arts of the University of Lisbon. She has a degree in Fine-Arts —Sculpture— (FBAUL) and a PhD with a transdisciplinary based thesis in Art and Humanities entitled: An Ontology of Space: Methodological Recurssiveness and the Diagram (University of Plymouth, FCT funding). Her interests within research reside on the exploration of methodological frameworks that potentiate creativity and speculation as research practices through the study of materiality and the materialisation of ideas, concepts and processes. Since immemorial times that she is a proud member of the Faculty of Minor Disturbances.

 

 

Claire Chevrier est née en 1963, vit et travaille à Paris et Mayet. Après avoir obtenu son DNSEP aux Beaux Arts de Grenoble en 1987, elle se consacre à une recherche en grande partie photographique qui interroge l’espace et la place de l’homme. Pensionnaire de la Villa Médicis à Rome en 2007-2008. Elle a réalisé plusieurs expositions personnelles dont : Sur quelques mégapoles au musée Nicéphore Niepce de Chalon-sur-Saône, avec ses travaux issus de plusieurs voyages de recherche sur différentes mégapoles. Un jour comme les autres au Centre de la photographie Île-de-France à Pontault-Combault ainsi que La Salle Blanche  au musée des Beaux Arts de Nantes. Il fait jour travail issu d’une résidence avec le Centre Régional de la Photographie à Douchy-les-Mines,  Camminando  à la Villa Médicis. Charleroi au Musée de la Photographie en Belgique.

Elle enseigne à l’Ecole Nationale Supérieure d’Architecture de Versailles.

Site : www.clairechevrier.net

 

 

Claude Closky  (born in 1963) is an artist that lives in Paris. Closky’s work is mainly immaterial. Language is his model to articulate images, text, numbers, and sounds collected in our environment, or made in his studio. Although reluctant to producing objects and spectacular effects, Closky's work still addresses issues about visibility and space appropriation.

Online works: [https:www.sittes.net]https:www.sittes.net

Offline works: [https:ww.closky.info]https:ww.closky.info

 

 

Thierry De Cordier, né à Oudenaarde (Belgique), vit et travaille actuellement en Espagne. Thierry de Cordier est peintre, sculpteur, écrivain et poète. Ces dernières décennies, il s’est consacré notamment à la peinture de paysages et a publié plusieurs recueils de poésie. Le travail de Thierry de Cordier a fait l’objet de grandes expositions notamment à la Biennale de Venise (2016), au Musée Royal des Beaux-arts (Bruxelles, 2016) au BOZART (Bruxelles, 2012), au Centre Georges Pompidou (Paris, 2004).

 

 

Luc Dellisse, écrivain, professeur de scénario, conférencier, script doctor, est l’auteur d’une trentaine d’ouvrages, dont récemment Les Atlantides (roman), Le Cercle des îles (poèmes), L’amour et puis rien (récits), Le Policier fantôme et Libre comme Robinson (essais) et Le Sas (nouvelles). Il vit entre Bruxelles et Paris. Son dernier livre, Un sang d’écrivain (La lettre volée, 2020) évoque, en 65 courts chapitres parfois descriptifs et parfois réflexifs, la situation véritable d’un auteur au XXIe siècle.

 

 

Michel Delville enseigne la littérature comparée à l’Université de Liège. Il est l’auteur d’une trentaine d’ouvrages dont plusieurs recueils de poésie. Parmi ses ouvrages critiques on peut citer Eating the Avant-Garde (Routledge, 2009), Crossroads Poetics (Litteraria Pragensia, 2013) et Undoing Art (avec Mary Ann Caws ; Quodlibet, 2017).

 

 

Edith Doove is a curator, writer and researcher specifically interested in notions of emergence, contingency, and trans-disciplinary collaborations. She is a contributing researcher with Transtechnology Research at Plymouth University, UK, where she undertook her PhD on ‘Laugher, inframince and cybernetics – Exploring the Curatorial as Creative Act (2017). She is a regular contributor to Leonardo Reviews and currently based in Rouen, France where she teaches art history BA / MA at ESADHaR Le Havre|Rouen.

 

 

Peter Downsbrough, né en 1940 dans le New Jersey, vit et travaille à Bruxelles. Son champ de création s’étend à plusieurs disciplines comme la photographie, la sculpture et le dessin. Son travail offre une réflexion sur l’importance de la position : celle de la sculpture dans son contexte, celle du spectateur dans son rapport à l’œuvre et celle de l’artiste face au monde qui l’entoure.

Il est représenté par : galerie Aboucaya à Paris, galerie Angels à Barcelone, Krakow Witkin Gallery à Boston et galerie Thomas Zander à Cologne.

 

 

James Elkins (born 1955) is an American art historian and art critic. He is E.C. Chadbourne Chair of art history, theory, and criticism at the School of the Art Institute of Chicago.

His writing focuses on the history and theory of images in art, science, and nature. Some of his books are exclusively on fine art (What Painting Is, Why Are Our Pictures Puzzles?). Others include scientific and non-art images, writing systems, and archaeology (The Domain of Images, On Pictures and the Words That Fail Them), and some are about natural history (How to Use Your Eyes). Recent books include What Photography Is, written against Roland Barthes's Camera Lucida; Artists with PhDs, second edition; and Art Critiques: A Guide, third edition.

Website : http://www.jameselkins.com

 

Benoît Fougeirol, né en 1962. Artiste photographe, son travail s’est concentré sur les zones urbaines dites « sensibles ».  Il a entrepris un inventaire méthodique des lieux et des paysages que proposent ces territoires recouverts par des clichés que leur réalité déborde ou récuse.

(Zus) sera publié en 2017 sous la forme d’un livre d’artiste aux éditions X Artist’s Books.

Il enseigne à l’École supérieure d’art de Bretagne à Rennes.

 

Mark Geffriaud, né en 1977, vit et travaille à Paris. Par le biais d’installations, de sculptures, de films et de performances, le travail de Mark Geffriaud joue avec les multiples représentations du temps et la construction de la mémoire. L’apparition (circulation) et la disparition (oubli) des images et des formes jettent les bases d’une archéologie fragmentaire dans laquelle le malentendu comme principe cognitif joue une place importante. Libres associations, voisinages formels et fausses fictions permettent à l’artiste de partager une perception du monde subtilement décalée. Les oeuvres de Mark Geffriaud suggèrent un manque et dessinent un univers en creux que le visiteur est invité à combler de ses propres projections.

 

 

Christophe Genin est né en 1958 à Fort-Dauphin (Madagascar). Il est actuellement professeur de philosophie de l'art et de la culture à l'université Paris1 Panthéon-Sorbonne.

Ses travaux actuels  portent sur les identités réfractaires, particulièrement dans les arts et cultures réputés mineurs.

Kitsch dans l'âme, Paris, Vrin, 2018

Le street art au tournant: de la révolte aux enchères, Bruxelles, Les Impressions Nouvelles, rééditer. 2016.

 

 

Kenneth Goldsmith (born 1961) is an American poet and critic. He is the founding editor of UbuWeb (http://ubu.com/recent.html) and is a senior editor of Pennsound (http://writing.upenn.edu/pennsound/) at the University of Pennsylvania, where he teaches. He has published various books of “conceptual writing, such as Day (2003), a typed copy of the edition of the Times for September 1, 2000, and other appropriationist works, such as Seven American Deaths and Disasters (2013), based on the reworking of radio archives. Capital: New York, Capital of the 20th Century (2015) is inspired by Benjamin’s Arcades project. Kenneth Goldsmith is also an important theoretician, as shown in his influential Uncreative Writing (2011). In France, his work is published with éditons Jean Boîte.

 

 

M. Kasper is an American book artist whose works include All Cotton Briefs (1985; 1992), Plans for the Night (1997), and The Shapes & Spacing of the Letters (1995; 2004), and a translator, most recently of Paul Nougé’s The Subversion of Images (2019).

 

 

Bronwyn Lace is a visual artist. Site specificity, responsiveness and performativity are central to her practice.  Lace’s focus is on the collaborative relationships between art and other fields, including the natural sciences, museum practice, philosophy and literature.

In 2016 Lace joined William Kentridge in the establishing and animating of the Centre for the Less Good Idea in Johannesburg. Today Lace is a director on the board of the Centre and is living and practising in Vienna, Austria.

 

 

Suzanne Lafont, née à Nîmes (France), vit et travaille à Paris. Sa pratique se développe dans un champ élargi de la photographie où sont déplacées les modalités du théâtre, de la performance, du cinéma, de la littérature. Son travail a été montré dans divers contextes internationaux. Elle a récemment exposé au Musée d’Art contemporain de Nîmes, 2015 (Situations) et au Musée des Beaux-Arts, Bordeaux, 2018-2019 (Nouvelles espèces de compagnie, roman).

 

 

Sofiane Laghouati, conservateur, chercheur qualifié au Musée Royal de Mariemont (Belgique), est responsable de la Réserve précieuse de livres et d’autographes (1830 – Extrême contemporain), de la réserve graphique ainsi que de la collection de Livres d’artiste. Commissaire de plusieurs expositions en relation avec ses divers domaines de recherche, il est aussi professeur invité à l’Université de Louvain-La-Neuve (UCLouvain) en Belgique où il enseigne les littératures francophones ainsi que le graphisme appliqué au livre.

 

 

Pascal Leclercq, né à Liège, vit à Liège.

Un des quatre animateurs de la revue plastique et poétique BOUSTRO. Il a publié récemment Analyse de la menace, Maelström Réévolution, Bruxelles, 2018

Poète et enseignant de typographie (au plomb), il est très impliqué dans la défense de la microédition et les "petits" éditeurs, notamment à travers la librairie "Le Comptoir du livre".

 

 

Pierre Leguillon, né en 1969 à Nogent-sur-Marne, vit et travaille à Bruxelles. Artiste protéiforme, il a publié récemment Dubuffet Typographe (SIC éditions), 2013 et Oracles – Artists’ Calling Cards (HEAD-Genève et Edition Patrick Frey, Zurich), 2017. Depuis une vingtaine d’années il a réuni une collection originale d’œuvres et d’objets constituant la collection Le Musée des erreurs. Cette collection a fait l’objet d’une vaste exposition au Centre d’art contemporain Wiels à Bruxelles en 2015 (Le musée des erreurs : art contemporain et lutte des classes). L’œuvre de Pierre Leguillon a été montrée dans de nombreux musées et institutions artistiques tels que: Moderna Museet de Malmö (2010), Mamco de Genève (2011), Wattis Institute, San Francisco (2011). https://www.archivesdelacritiquedart.org/wp-content/uploads/2017/11/Portrait_d_artiste_49.pdf

 

 

Sophie Loizeau est poète. Son univers est marqué par la présence de la nature. Une nature qui fraye avec le fantastique et le mythologique, avec le désir et la sexualité.

Le Corps saisonnier, Le dé bleu 2001 ; La Nue-bête, Comp’Act 2004 / L’Amandier 2013 (bourse Poncetton de la SGDL 2004 / prix Georges Perros 2006) ; Environs du bouc, avec une 4ème de couverture de Bernard Noël, Compt’Act 2005 / L’Amandier 2012 (prix Yvan Goll 2005) ; La Femme lit, Flammarion, 2009 ; Caudal, Flammarion 2013 (prix François Coppée de l’Académie française 2014) ; Le roman de diane, poésifiction I, Rehauts 2013 ; Lys, avec des dessins de Bernard Noël, Fissile 2014 ; La Chambre sous le saule, poésifiction II, avec une postface de Michel Deguy, PURH (Presses Universitaires de Rouen et du Havre) 2017 ; Ma Maîtresse forme, Champ Vallon 2017 ; Les Loups, Corti 2019; Leur nom indien, poésiefiction III, Rehauts ; Féerie, Champ Vallon.

 

 

Danièle Méaux - Spécialiste de la photographie contemporaine, Danièle Méaux est professeur en esthétique et sciences de l’art à l’Université Jean-Monnet de Saint-Étienne. Elle y dirige le CIEREC - EA 3068. Elle est l’auteur de La Photographie et le temps (PUP, 1997), Voyages de photographes (PUSE, 2009), Géo-photographies. Une approche renouvelée du territoire (Filigranes, 2015) et Enquêtes. Nouvelles formes de photographie documentaire (Filigranes, 2019). Elle a aussi publié Anatomie d’une ville, avec le photographe Guillaume Bonnel en 2020. Elle est rédacteur en chef de la revue en ligne Focales : www.focales.eu

 

 

Donata Meneghelli est professeure de littérature comparée à l'université de Bologne. Spécialiste de Jane Austen et de Henry James, elle a publié divers ouvrages sur l'analyse du récit, dont Senza fine. Sequel, prequel, altre contuazioni (Morellini, 2018), Storie proprio così. Il racconto nell’era della narratività totale (Milano: Morellini, 2012), Una forma che include tutto. Henry James e la teoria del romanzo (Bologna: Il Mulino, 1997).

Son premier livre de création, Rue Lucien Sampaix (Qudulibri, 2018) paraîtra en 2021 en traduction française aux éditions L'herbe qui tremble.

 

 

Bertrand Meunier - Depuis la fin des années 90, Bertrand Meunier élabore d’amples séries photographiques auscultant des territoires au sein desquels il s’immerge au long cours. Remarqué pour ses travaux sur les mutations des mondes paysans et industriels chinois, il s’est ensuite intéressé aux mégalopoles asiatiques, au Pakistan et au Chili. Membre du collectif « Tendance floue », son approche documentaire se double d’accents narratifs, servis par un usage exclusif du noir et blanc. Assumant sa part de subjectivité, son œuvre se construit dans un va-et-vient permanent entre l’ici et l’ailleurs.

 

 

Olivier Mignon est historien de l’art. Il co-anime (SIC), plateforme éditoriale et curatoriale bruxelloise, et dirige A/R, revue dédiée à la recherche en art. Outre la direction d’ouvrages et l’écriture d’articles portant notamment sur l’art américain d’après-guerre ou les relations entre théorie et pratique artistique, il a consacré une monographie et plusieurs expositions à l’artiste belge Jacqueline Mesmaeker. Depuis 2005, il collabore à des revues belges et internationales telles qu’Artforum, L’art même, DITS, Textyles, Flux News, ETC, L’esprit des villes, Image & Narrative, etc.

 

 

Christian Milovanoff, né à Nîmes (France), vit et travaille à Paris. Artiste photographe, il a enseigné de 1983 à 2013 à l’ENSP Arles. Outre son travail photographique (Le Louvre revisité, Le jardin, Conversation Pieces), il est l’auteur de nombreux articles sur le cinéma et la photographie documentaires. A récemment publié BUREAUX, aux Nouvelles Éditions Scala (2016) à partir des photographies réalisées dans le cadre de la Mission Photographique de la DATAR (1983-1986) et a réalisé un film : Travail dramaturgique autour du livre Bureaux  (2017).

 

 

Jean-Pierre Montier est professeur à l'université Rennes 2, membre du laboratoire Cellam. Il a créé le site phlit.org ainsi que la Revue internationale de photolittérature, et publié L'écrivain vu par la photographie (en codirection avec David Martens et Anne Reverseau (PUR, 2016)

 

 

Tania Mouraud, née en 1942, vit et travaille en France. Figure incontournable de la scène française et artiste inclassable, Tania Mouraud refuse tout rattachement à un courant ou à un dogme. Dès la fin des années soixante, le travail de Tania Mouraud s’est inscrit dans une pratique questionnant les rapports de l’art et des liens sociaux en utilisant différents médiums : peinture, installation, photo, son, vidéo, performance, etc. Les œuvres de Tania Mouraud ont été exposés dans de très nombreux musées et institutions artistiques ainsi que dans les espaces urbains. En 2015, le Centre Georges Pompidou à Metz lui consacre une exposition monographique rétrospective.

 

 

Magali Nachtergael est maîtresse de conférences en littérature, culture et arts contemporains à l'Université Sorbonne Paris Nord (ex Paris 13) et également commissaire d'exposition (Frac Aquitaine, Image/Imatge, Seoul Museum of Art, Rencontres d'Arles) et critique d'art. Elle co-dirige depuis 2013 la revue Itinéraires. Littérature, textes, cultures. Après Les Mythologies individuelles, récit de soi et photographie au 20e siècle (Rodopi, 2012) et Roland Barthes contemporain (Max Milo, 2015), elle prépare un ouvrage intitulé Poet Against The Machine (Le Mot et le reste, 2020) consacré aux interactions entre création poétique, médias et technologies. Durant sa délégation au CNRS (Laboratoire d'études de genre et sexualité, 2019-20), ses recherches portent sur la fabrique des contre-récits dans l’art.

 

 

Sinna Bryce Nasseri was born in 1983 in Los Angeles. After attending law school in NYC, he worked as an attorney in Midtown Manhattan for several years before deciding to devote himself entirely to photography. He spent 2020 traveling around the U.S. photographing political gatherings and regular life in the shadow of the election. Sinna has been published by Time, The New York Times, Vogue, The New Yorker, BuzzFeed News and L’Obs. He lives and works in California.

 

 

Jan Peeters, né en 1978 à Roulers (Belgique), navigue entre différents médias plastiques et l'écriture. Il enseigne à LUCA School of Arts, Sint-Lucas à Gand. Ses vidéopoèmes - souvent des collaborations avec des écrivains - ont été montrés dans quelques festivals parmi les plus importants pour ce genre.

www.janpeeters.info

 

 

Raphaël Pirenne est docteur en histoire de l'art, professeur à l'ERG et à la Cambre (Bruxelles), membre de la plateforme éditoriale et curatoriale (SIC). Il a notamment écrit dans et co-édité les ouvrages suivants : French Theory and American Art (Sternberg Press / (SIC), 2013), Heterogeneous Objects. Intermedia and Photography after Modernism (Leuven University Press, 2013), ainsi que les catalogues d'exposition Walter Swennen. So Far So Good (Wiels, (SIC), 2013) et Atopolis (Wiels, (SIC), 2015). Il a récemment publié un essai sur Alberto Giacometti, 1+1=3. Alberto Giacometti: dialectique et fétichisme ( (SIC), 2018). Il a également publié des articles sur Georges Braque et Pablo Picasso, Bruce Nauman, Dan Graham, John Baldessari, Peter Downsbrough, Jacqueline Mesmaeker, Benard Voïta, etc. dans différentes revues, actes de colloques et catalogues d'exposition. Outre les expositions réalisées avec (SIC), il a été commissaire de deux expositions au Musée des Beaux-arts de Mons, Belgique.

 

 

Michael Punt is Professor of Art and Technology at Transtechnology Research (University of Plymouth). He was born  in London, studied at Bath Academy of Art, and practiced as an artist and film maker for 30 years.  He then began new research at the University of East Anglia and the University of  Amsterdam. He now writes and makes objects and films as well as training to be a pilot. He is most proud of his  work in collaboration with Martha Blassnigg on cinema and spirit and the objects discussed in the article published in this issue.

 

 

Joan Retallack is a poet, essayist and occasional dramaturg with a background in philosophy and visual arts. She is author of The Poethical Wager and has written extensively on Gertrude Stein, John Cage and Rosmarie Waldrop. Her poetry volumes include Memnoir, Afterrimages, How To Do Things With Words and, most recently, BOSCH'D — fables, moral tales & other awkward constructions. Retallack is John D. & Catherine T. MacArthur Professor Emerita of Humanities at Bard College.

 

 

Anne Reverseau - Chercheuse FNRS à l'UC Louvain, en Belgique, Anne Reverseau est spécialiste des modernités poétiques et des rapports entre photographie et littérature (livres photo-illustrés, portraits d’écrivains, etc.)., elle a dirigé de nombreux ouvrages collectifs, en collaboration, notamment, avec Nadja Cohen (Petit musée d’histoire littéraire, Impressions nouvelles, 2015, et le numéro de Fabula LHT, « un je-ne-sais-quoi de poétique », 2017), ainsi qu'une monographie Le Sens de la vue. Le Regard photographique dans la poésie moderne (SUP, 2018)   Elle est aussi responsable de la revue en ligne L’Exporateur littéraire : carnet de visites.

 

 

Jorge Ribalta is an artist, editor and curator, based in Barcelona, Spain.

Has made solo shows at galleries like Zabriskie in New York and Paris, Estrany-De la Mota and àngelsbarcelona in Barcelona, and Casa sin Fin and Elba Benitez in Madrid.

Recently has shown his work at the CRP Nord-Pas de Calais (Douchy-les-Mines, France), Linea di Confine (Rubiera, Italy), Württembergischer Kunstverein (WKV), Stuttgart and La Virreina, Barcelona. Has participated in many group shows in museums like MOMA, MACBA, Museum Reina Sofia and WKV.

 

 

Narmine Sadeg, née en Iran, vit et travaille à Paris. Artiste plasticienne, son travail interroge le conditionnement culturel au travers d’une approche anthropologique et poétique. Elle a exposé au Musée d’Art contemporain de la ville de Paris (2014), au Museo nazionale delle arti del XXI secolo (MAXXI) à Rome (2015), au Musée d’Art Contemporain de Marseille - MAC (2018). Elle est aussi l’auteur d’une thèse sur la plastique scripturale dans la peinture (Université Paris-Diderot) et enseigne en tant que  maître de conférences au département d’Arts de l’université Bordeaux-Montaigne.

 

 

Azarin Sadegh was born in Iran. She studied computer science at Bourgogne University (France) and years later moved to California working as a software engineer in IBM and a few other firms. Passionate about writing, she completed parallelly advanced novel writing courses through UCLA Extension Writers’ Program where she was a student of late Les Plesko.  As a writer, she was a 2011 PEN America Emerging Voices fellow and a 2010 UCLA Kirkwood Award nominee.

Her work has appeared in Scoundrel Time, LA Review of Books, Chicago Sun-Times, Coast Magazine, Iranian.com, and various anthologies.

 

 

Alexander Schellow deals closely with relations between space, perception and action at the junction between an artistic and scientific research. Since 1999, he has been working on reconstruction processes from memory. Based on an ongoing daily drawing practice, they generate various formats of drawings, animations / films, archives, installations, readings, performances and texts.

His works, partially developed within collectives such as ARG or GREYZONE ZEBRA have been distributed widely in in the frame of screenings, lectures and installations, recently a.o. @ Khiasma Paris, FID Marseille, BOZAR and WIELS Brussels, Mechelen Biennial, Casablanca Biennial, ANMASIVO Mexico City, IZIKO Museum Cape Town.

Since 2013, Alexander Schellow holds a professorship for Animation and time-based practices @ erg Brussels.

 

 

Alexander Streitberger - Né à Heilbronn en Allemagne, Alexander Streitberger est professeur en histoire de l'art à l'UCLouvain, et directeur du Lieven Gevaert Research Center for Photography. Il coédite la Lieven Gevaert Series, une collection de livres consacrée à l’histoire et à la théorie de la photographie. Parmi ses publications récentes figurent The Photofilmic. Entangled Images in Contemporary Art and Visual Culture (Louvain : Leuven University Press, 2016) et L'art de Douglas Huebler. "Ready-made culturels" (Presses universitaires de Rennes, 2018).

 

 

Walter Swennen, né à Bruxelles, vit et travaille à Anvers. Artiste peintre, il a commencé  sa carrière artistique par la performance et expérimentation poétique. Sa peinture est marquée notamment par un aspect fortement expérimental et la présence de l'écriture. L’œuvre de Walter Swennen a fait l’objet de nombreuses expositions parmi lesquelles deux rétrospectives : So Far So Good au Centre d’art contemporain de Wiels à Bruxelles (2013-2014) et Le Nom Propre, au Palais des Beaux-Arts de Charleroi (1991).

 

 

Vincent Tholomé - Lieu de naissance : 50° 46' 70'' N, 4° 86' 70'' E, position actuelle : 50° 46' 04'' N, 4.80' 3'' E, vient de publier, en novembre 2018, Lahaymeix (considérations et réflexions d'un citoyen belge sur un village de la Meuse française à la fin de la seconde décennie du XXIe siècle) et a un jour performé en français au point 46° 25' 30'' N, 20° 14' 14'' E en compagnie de deux musiciens hongrois devant 258 Hongroises et Hongrois ne parlant que le hongrois. C'était bien. Géant.

 

 

Agnès Thurnauer vit à Paris et travaille à Ivry. Ses oeuvres font partie de nombreuses collections publiques et privées. Elle est représentée par la galerie Michel Rein, Paris, Bruxelles et Gandy Gallery à Bratislava. Pour Agnès Thurnauer, le rapport à l’œuvre induit toujours une forme de réciprocité. Si l’œuvre lit le monde, à chacun de nous d’en faire notre propre lecture. Ce langage partagé est au cœur de la société, et donne à l’art une fonction autant poétique que politique.

 

 

Jules Urban développe une pratique questionnant la place du corps dans l'espace urbain et explore différents médiums comme la performance, la vidéo et l'animation. En 2019 il débute un projet scénographique autour de la ville de Tirana en Albanie tout en poursuivant ces recherches avec le groupe de recherche ARG autour de la mémoire et de l'animation.

 

 

Paulo Pires do Vale, professeur, essayiste et curateur, dirige le Plan National des Arts du Portugal (2019-2014), qui a pour but d'assurer une meilleure diffusion des arts à tous les niveaux de la société en même temps que d'intégrer tous les citoyens à la vie artistique mais aussi sociale. Diplômé en philosophie, il enseigne dans différentes universités de son pays. Ses recherches portent sur l'interaction entre art et didactique.

 

 

Elisabeth Waltregny vit et travaille à Liège. Elle est diplômée de l'Ecole Supérieure des Arts Saint-Luc. Son œuvre photographique a été montrée dans divers contextes internationaux. Elle a récemment publié Ali e t o loss (avec Michel Delville ; Trolltrumma, 2017) et Entre-Lieux (Musée Wittert, 2018).

 

ARCHIVES